Qui sommes-nous ?

Lusted Men est un collectif ouvert et fluide comptant déjà près d’une dizaine de membres.

Au début, on s’est rencontrées parce qu’on avait en commun l’idée de faire des photos de mecs : on n’en voyait pas assez, et on voulait en voir plus.
Maintenant on est une petite dizaine de personnes à animer le projet avec, au centre de nos activités, la constitution d’une collection de photographies érotiques d’hommes.

On a aussi remarqué que le groupe, pour le moment, est surtout constitué de personnes qu’on connaissait déjà, ou de proches de proches. Dans un certain sens, c’est normal, sauf que là on est toutes et tous à avoir fait des études supérieures d’art ou de sociologie en France ou en Belgique, et on aimerait bien ouvrir le groupe à d’autres gens, plus loin de nous, avec d’autres parcours, d’autres histoires, d’autres envies.

On aimerait pouvoir transformer le projet et atteindre la société en général. Mais pour le moment on ne sait pas exactement comment faire, donc on continue à diffuser nos idées, notre projet.

Que vous veniez de près ou de loin, si vous avez envie de discuter avec nous, de participer, ou autre, faites nous signe.
par le compte instagram : @lustedmen
ou par mail : lustedmen@nullhotmail.com

Aussi, en ce moment, nous cherchons quelqu’un.e qui aurait envie de participer à la communication sur les réseaux sociaux avec nous.

_

Flora Bleibt

Après un master Images à l’INSAS (Institut National des Arts du Spectacle) Flora Bleibt a réalisé des courts-métrages qui ont participé à plusieurs festivals internationaux à Bruxelles, Montréal, Hambourg ou encore Amiens.

Sa passion pour l’image l’a amenée à pratiquer et expérimenter différents modes de production (des conditions professionnelles broadcast des tournages de cinéma financés jusqu’aux plus alternatives dans le réseau des laboratoires artisanaux de cinéma expérimental). Aujourd’hui, grâce aux questions posées par les féministes queer, elle s’intéresse plus particulièrement à l’impact social et émotif des images sur nos vies, et aux voies de réappropriation et d’émancipation possible.

_

Lucie Brugier

Suite à des études de sociologie et de Sciences Politique Lucie Brugier s’est tournée vers le domaine culturel. Elle a été chargée de la communication d’un établissement pluridisciplinaire de La Mairie de Paris pendant sept ans et s’est investie dans le milieu associatif. DJ, performeuse de loto déjanté (Nuits Sonores, Recyclerie, Hasard Ludique), animatrice sur Radio Campus, bénévole pour des cours d’alphabétisation et depuis peu, à l’origine d’ateliers de linogravure féministes et autres moments d’initiation à la création.

_

Salomé Burstein

Salomé Burstein est une jeune chercheuse et commissaire d’exposition indépendante. Après avoir intégré l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, elle a obtenu un Master en Arts et Langages à l’EHESS de Paris. C’est dans ce cadre qu’elle a réalisé une recherche portant sur la question de l’ennui dans la culture visuelle contemporaine. Au croisement de la philosophie politique, de l’Histoire de l’art et des visual studies, le résultat été publié par Ness Books sous le titre De l’ennui au spectacle (2019). Parallèlement à son parcours universitaire, Salomé a travaillé dans plusieurs structures et institutions culturelles. Elle s’est notamment chargée d’un programme de bourse au sein de la plateforme curatoriale Council et a co-fondé le festival pluridisciplinaire Feÿ Arts (en Bourgogne) en 2018.

_

Laura Lafon

Laura Lafon est directrice artistique et photographe. Née en 1989, elle est diplômée en gender et cultural studies de Sciences Po Toulouse et de l’ESA le 75 à Bruxelles. Elle développe des travaux photographiques mélangeant fiction et documentaire souvent sous forme de livre. Ses travaux s’articulent autour de la place que l’on occupe en tant qu’individu multiple. Elle utilise la photographie comme mode d’expérience, non pas pour capter des moments de vie mais pour les provoquer. You could even die for not being a real couple, son deuxième livre a été sélectionné par le FotoMuseum d’Anvers comme talent belge 2014, et exposé notamment à Unseen. En 2016 elle co-fonde Concept Editing Design, un studio de création, pour accompagner artistes, institutions et marques dans leur souhait de livres. Elle travaille comme iconographe dans la presse et l’édition, notamment dans les titres féministes Gaze et Causette.

_

Morgane Tocco

Etudiante en Anthropologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS, Paris), Morgane Tocco s’intéresse aux représentations de la masculinité dans le contexte contemporain. Après avoir soutenu un mémoire de recherche questionnant le rapport entre virilité et soin de l’apparence physique chez de jeunes hommes parisiens, elle prépare une thèse qui s’intéresse à l’érotisation du corps masculin par les femmes.